CE N’EST PAS UN CRIME

Par Arielle
J’écris pour mes frères pour tous ceux qui ne savent pas qu’ils ont des frères, pour les parias, les rejetés, les sans domiciles, pour tous ceux qui sentent le regard de l’autre glisser sur lui sans jamais s’arrêter, ou pour qui relation signifie si souvent rejet, mépris, condescendance, pour tous ceux qui n’ont pas de voix, que jamais on écoute.

Oh, je l’entends bien cette voix qui murmure ça ne sert rien, laisse tomber, tu perds ton temps. Jamais rien ne changera. « I Have a Dream » disait-il et regardes ce qu’ils en ont fait. Moi je n’ai pas tes rêves mon ami, juste mon quotidien et c’est pour ça que je vais écrire ce texte, pour RIEN, pour ce RIEN qui veut sa place, se dire et se vivre.

CE N’EST PAS UN CRIME DE DIRE QUE JE VAIS MAL, là maintenant aujourd’hui. Oh, ce n’est pas tout le temps le cas et même parfois j’ai des moments de francs bonheurs. Mais quand cela va mal et bien je n’ai plus envie de me cacher, de me terrer de peur de vous déranger, de vous terrifier. Oui, j’ai envie de me dire dans mon hurlement de loup blessé, j’ai envie que la forêt entière résonne de mon cri et son énergie. Désolée si cela terrifie mes voisins lapins, brisent leur sécurité illusoire et les poussent glapissant de terreur dans leurs terriers. Et désolée si cela vous met en colère, si cela remue en vous votre propre douleur que vous aviez si bien caché que vous l’aviez presque oubliée.

Mon cri de loup est pour mes pairs et je ne le cacherai plus pour vous protéger.
Qu’ils entendent et répondent à mon appel. Et de ces cris, nous pourrons faire un chant qui fera résonner les arbres vénérables de nos forêts.

CE N’EST PAS UN CRIME DE NE PAS SUIVRE LA LIGNE DU PARTI. Vouloir vivre ma différence, non unicité, mon originalité. Chercher mon propre chemin à travers la grande forêt de l’existence. Elle ne vous appartient pas. Non ce n’est pas un crime de ne pas vouloir m’engager sur vos autoroutes balisés, aseptisés où je ne me reconnais pas. Vouloir découvrir en moi ma propre vérité, ma propre réalité. Et Non, moi je ne veux pas nier la vôtre, vous êtes libre de suivre votre chemin. Et si vous avez l’impression que ma vérité vient heurter la vôtre, que la vague de mon affirmation d’être vient fragiliser vos fondations, que le souffle de mes mots vient bouleverser votre chevelure. Est-ce moi, la coupable ou vos vérités qui n’en sont pas mais juste des croyances qui non plus lieu d’être.

CE N’EST PAS UN CRIME D’ETRE SOI et je ne vous laisserais plus m’envoyez au bucher pour vous laisser dans votre confort de nantis.

CE N’EST PAS UN CRIME DE VOULOIR L’AMOUR INDICONDITIONNEL. Je ne veux plus de votre amour au mérite. Je ne veux plus de votre chantage affectif, de votre coercition qui me garantis protection et place dans le clan si je respecte vos règles et vos petits jeux mesquins. Je revendique ma place au sein du clan, ce n’est pas à vous de me la donner ou de m’en priver. Vous n’êtes pas les propriétaires de mon clan, vous en étiez les gardiens, les protecteurs et vous avez faillis. De mes terres d’amour luxuriantes et verdoyantes, vous avez fait des terres de désert et de désolation. Je ne vous laisserai plus me donner au compte-gouttes, l’eau de ma propre source d’amour. Je suis AMOUR.

8748913011_895e4e6c11_b

CE N’EST PAS UN CRIME DE …
C’est à vous mes frères et sœurs de continuer ce texte si il vous appelle car il vous appartient. Laissez votre texte dans la section des commentaires ou par courriel au projetvisionart@gmail.com

Je vous aime
Arielle


** RÉPONSES **


Ce n’est pas un crime de souhaiter être encouragée dans les domaines où comme un enfant je fais mes premiers pas. Ce n’est pas mon ego que vous renforcerez mais mon envie d’oser, d’explorer de me dépasser et le plaisir extraordinaire du partage du grandir et de la découverte.

Merci à Élix de m’avoir fait découvrir cela.

Ce n’est pas un crime de ne pas performer. J’ai le droit de dessiner même si mon dessin a l’air d’un gribouillage dans non cœur d’enfant c’est un beau dessin. Oui déployer mon plein potentiel dans les domaines qui me font plaisir même si je ne serais  jamais extraordinaire. Je ne serai pas une performeuse mais une amoureuse.

Et ce n’est pas un crime non plus d’être excellente de performer dans les domaines que je maîtrise. Je suis désolée si ma lumière parfois vous fait de l’ombre, vous ébloui mais trop longtemps je l’ai éteinte pour ne pas vous contrarié, vous ménager ne pas vous heurter.

Merci à Karine de m’avoir fait découvrir cela.
Arielle


CE N’EST PAS UN CRIME de vouloir être moi. De vouloir remplir cette mission et donner un sens à ma vie et mes souffrances. Mais ce n’est pas non plus un crime de me libérer de mon karma. C’est à dire cette roue qui tourne et me ramène sans cesse les mêmes épreuves. Ce n’est pas un crime de vouloir jouer mon rôle selon mes propre termes, sans les sacrifices (punitions) que je me suis moi-même imposés, heurtant et brisant sans le vouloir d’autres individus, des gens que j’aimais et que j’aime toujours. J’ai le droit d’être égoïste et de gouter la saveur de l’incarnation sans arrière-gout amer. De connaitre la joie et l’extase parfois. Une joie inclusive à partager avec tous les être incarnés et désincarnés, humain, humanoïdes et autres vivant ou non-vivants. Ce n’est pas un crime de vouloir être riche de ces incarnations et expériences pour créer un meilleur monde mais avant tout une meilleure réalité pour moi-même, coupables de tous les crimes mais non de les payer pour l’éternité. Ce n’est pas un crime de vouloir finalement apprécier le cycle, avec ses hauts et ses bas pour ce qu’il est, pour le voyage d’une âme en soit et y voir la beauté et l’équilibre de ces intervalles. Comme une vague, qui nous berce.

CE N’EST PAS UN CRIME d’être fatiguée. D’avoir besoin de me ressourcer dans le noir et la pénombre. Un petit milieu humide comme une petite grotte confortable oui il n’y a rien à faire, rien à dire, rien à penser. Personne pour me faire bouger ou me questionner. Comme un fœtus au chaud dans le ventre de sa même, un état de grâce et de vacuité sans égo, sans nom, sans identité, juste à me nourrir et a flotter.
Karine


Ce n’est pas un crime de s’aimer soi-même, avant d’aimer les
Autres. Et ainsi, de se satisfaire, se faire plaisir, assumer ses choix et se prioriser. On ne peut qu’aimer sainement les autres, quand on s’aime sainement.
Lori

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *